The 2022 Collection is available!!!

0

Your Cart is Empty

July 03, 2022 5 min read

Quand j’ai commencé à faire du vélo, il y a de nombreuses années, s’il y avait une question qui nous préoccupait par rapport à la pratique du vélo, on obtenait une réponse par nos amis (e) cyclistes autour de soi ou bien par notre conseiller en magasin où on avait acheté notre bike. Évidemment, les questions qu’on se posait à l’époque étaient beaucoup moins nombreuses et surtout différentes de celles qu’on voit aujourd’hui sur les réseaux sociaux. Un peu normal. Comme dans toutes les disciplines, tout est plus spécialisé ; nutrition, entraînement, routes, triathlon, montagne, débutant, expert et les vêtements, tiens comme par exemple ma copine Ann de Lekkla Cycling Couture, qui s’est efforcée de développer une ligne de vêtement confortable avec des matériaux de qualité. D’ailleurs, je les apprécie. Très confortable et bien ajusté. Aucune irritation de peau sans crème ! Pour moi c’est un plus.

Si à l’époque on ressentait un quelconque malaise, un inconfort à vélo du temps que j’étais coureur, on pouvait procéder soi-même ou avec l’aide de son conseiller à un petit rajustement de son positionnement à vélo par la technique du fil aux genoux descendant vers l’axe de la pédale et tester ces petits ajustements sur quelques sorties, parce que notre corps peut prendre quelques heures, voire quelques jours de selle avant d’envoyer ses messages. Une fois la bonne hauteur et l’avancement de selle déterminée, il ne restait qu’à changer au besoin la longueur de la potence au guidon pour encore répondre aux standards toujours actuels de la position des bras selon le type de cyclisme qu’on aime pratiquer. Encore là, les spécialistes du positionnement me diront que les ajustements sont beaucoup plus complexes que le petit résumé que je viens de vous faire. Soit !

Cependant, quand je lis les « appels à tous » faits par les cyclistes sur les réseaux sociaux, vous savez les réseaux sociaux sont devenus pour certains comme le cabinet chez le psychologue ou pour d’autres l’occasion de jouer au psy, bien j’ai l’impression d’être en présence d’obsession compulsive de se trouver des malaises à vélo. C’est l’état de détresse !

C’est certain que le sport s’est popularisé. Dans mon temps quand j’allais chez Demers bicycle, Gagné Vélo-Skis, Bicycle Record, Centre du bicycle Ste-Foy, on ne voyait que les mêmes faces, la petite communauté de coureurs et de cyclo sportifs avancés. Le monsieur madame tout le monde d’autrefois, qui faisaient du vélo utilitaire ou plutôt de loisir, parce que le vélo d’entrainement comme aujourd’hui était assez marginal, ces gens-là se croisaient chez Chinic, Canadian Tire ou dans de petites boutiques de vélo de quartier qui ne vendaient que du vélo d’enfants. 

Autant on fait parfois le reproche aux jeunes d’aujourd’hui de vouloir devenir VP de la Cie avant d’avoir gravi les échelons, vivre dans l’immédiateté comme on dit, bien les nouveaux adeptes de vélo d’aujourd’hui ne sont pas mieux en voulant devenir des Hugo Houle ou des Guillaume Boivin immédiatement. Et on ne parle plus de jeunes ici. On s’achète des machines à 10 000 $, des équipements à la fine pointe du marché, puis si on ressent un petit malaise quelque part, c’est un problème de positionnement ! C’est la solution miracle. Tous les malaises ressentis en pratiquant le vélo n’ont pas leur raison d’être. Selon le cycliste ou les psys du Web, le vélo est un sport qui se pratique sans douleur et cela devrait être comme écouter la tv bien caler dans un bon sofa !

Certes que lorsqu’on s’achète un vélo, usagé ou pas, un ajustement des composantes à sa silhouette s’impose. D’ailleurs, les boutiques qui se respectent ont toutes des conseillers ou de l’équipement pour procéder à ces ajustements. N’oublions pas tous les spécialistes qui ont surgi et qui doivent faire des affaires d’or. Et bien malgré cette conscientisation de plus en plus forte de l’importance d’être bien ajusté et bien il s’en trouve, à ce que je peux lire, à ressentir des malaises de toutes sortes, même après en avoir rencontré plusieurs. Ils ressentent une douleur, un certain malaise, une tension quelque part et je ne sais pas pourquoi, mais ils ne devraient pas ! Ce n’est pas normal ! Bien moi, ça fait 35 ans que je fais du vélo assez intensément, j’ai expérimenté tous les ajustements possibles jusqu’à celui que j’ai depuis des décennies et vous savez quoi, j’ai encore de petits malaises quand j’ai poussé une bonne sortie ! Puis, pas toujours à la même place. Cela va dépendre du terrain de la journée, le rythme que j’y suis allé, la météo, des fois avec qui j’y suis allé, oui parce que l’orgueil me pousse encore à pousser mes limites trop loin.

À chaque printemps vous savez, c’est le même rituel, les mêmes inconforts qui surgissent. Que ce soit une possible douleur aux genoux, une tension dans le cou, aux épaules, aux cuisses, aux fessiers, aux mollets, le réveil d’une crampe, et quoi d’autre encore, je les rencontre encore presque tous à mes chaque début de saison ! Que voulez-vous ? On sort son corps de l’hivernation et même si on se croit prêt par notre préparation en ski de fond, le spinning, la musculation en salle, embarquez sur sa petite selle étroite de vélo de route le vent dans le piff au printemps, hors des essieux fixés au sol dans son salon n’est pas du tout la même affaire. Vous exigez soudainement à votre corps, sur une période assez longue, d’effectuer des efforts sur une autre posture à laquelle votre corps n’est pas encore habitué. Vous vous imaginez le traumatisme que vous provoquez à toutes ces petites fibres musculaires qui étaient moins sollicitées par vos activités passées ? Pas plus tard qu’au printemps, j’en suis à mes premières danseuses et en me rassoyant au sommet d’une butte, une petite tire inégale un peu trop brusque d’une jambe pour me ramener assis et bang ! J’ai ressenti un petit pincement. Un ptit nerf forcé, le sciatique, je ne sais pas trop, je ne suis pas physio, mais j’ai ressenti une douleur sur le bord extérieur du genou pendant pas moins de 3 semaines aussitôt que je forçais de la même façon. Une petite inflammation faut croire. Je suis allé en Arizona au printemps. Le Mount Lemon est le défi. 44 km de montée sur 2 000 m, une durée de plus de 3 heures pour un cycliste de ma trempe et de mon âge. Premier test, le faire à moitié la 1e semaine en préparation et tentative vers le sommet la 2e semaine intercalée de quelques journées avec moins de dénivelés. Après la journée de préparation sur 22 kilos, jamais je n’avais ressenti autant de douleurs au dos de ma vie. J’ai dit à mon chum « Cimonac man, je ne serais jamais capable de monter en haut, je vais casser en deux avant ! » Et bien, après quelques jours plus tranquilles, de la glace aux genoux et au dos en soirée en prenant mon vino, je me suis élancé à bloc sur la montée, 3 h flat en conditions de vent difficile et aucun malaise aux dos. En temps normal, je dois me reposer le lendemain et je me suis surpris à faire un 85 kilos au train en guise de récupération. Plus aucun mal!

Votre corps a besoin de préparation. Respectez son rythme et malgré un bon positionnement, dites-vous que rien n’est gagné si vous n’adoptez pas les bonnes stratégies de développement de votre forme et d’acclimatation à différentes positions sur son vélo. Parce que savoir se positionner sur son vélo et savoir pédaler selon le terrain que vous affrontez peut prendre des années pour certains. Comme je l’ai déjà dit dans un autre papier. Ce n’est pas tout d’avoir une Ferrari avec un banc moulé. Il faut savoir la conduire.

Vous aimeriez recevoir du feed back sur vos aptitudes et habilités. Rien de plus simple. Juste me contacter et il me fera plaisir de faire une petite sortie en votre compagnie.

https://rouleraquebec.blogspot.com/p/sorties-de-perfectionnement-avec-coach.html

Leave a comment

Comments will be approved before showing up.