** VENTE D'ENTREPÔT RABAIS JUSQU'À 70% SUR TOUT **

0

Votre panier est vide

  • Add description, images, menus and links to your mega menu

  • A column with no settings can be used as a spacer

  • Link to your collections, sales and even external links

  • Add up to five columns

  • août 15, 2023 3 lire la lecture

    Quand on me demande pourquoi j’ai continué de faire du vélo après avoir subi un gros accident il y a quelques années, je suis toujours mal à l’aise de répondre que je trouve encore sécuritaire de rouler à vélo malgré les séquelles que j'en garde. En effet, je suis toujours d’avis que le vélo demeure un sport qui n’est pas plus dangereux que les autres, à condition qu’on respecte certains principes de base. Au fil du temps, j’ai donc développé certains réflexes et habitudes qui me rendent plus confiante sur deux roues et j’ai envie de vous les partager (et de connaître les vôtres aussi)! D’ailleurs, bien qu’on ne souhaite jamais se rendre là, sachez que Vélo-Québec offre à ses membres une assurancecouvrant tout accident survenu à vélo, et ce, n’importe où dans le monde.

     

    C’est aussi une question d’attitude

     Bien que le fait d’adopter une bonne attitude ne réduise pas à néant les risques d’accidents à vélo, je suis d’avis que le fait de demeurer positif comporte tout de même son lot d’avantages. Je m’explique. Ça arrive à tout le monde d’être distrait ou de prendre une décision de bonne foi, mais qu’elle s’avère mauvaise quand même. Alors selon moi, il vaut mieux ne pas partir du principe, lorsqu’on est témoin d’une situation fâcheuse, que c’était intentionnel et malveillant. Parfois, atténuer nous-même notre agressivité envers la situation peut aider à la régler de manière calme et civilisée, tout en empêchant de l’envenimer. À s’imaginer partout des ennemis des cyclistes, on finit par en trouver!

     

    Les bonnes pratiques

     Les bonnes pratiques du cycliste bien élevé paraissent souvent évidentes, mais rappelons-les tout de même. Tout d’abord, nul besoin de rappeler d’être alerte et attentif à ce qui se passe sur la route autour de nous. On aime les sorties contemplatives, jusqu’à un certain point. Éviter de rouler lorsqu’on est trop fatigué et éviter de rouler avec des écouteurs (c’est illégal de toute façon, sauf si ceux-ci sont munis de la technologie de conduction osseuse) font partie de ce qui aide à rester concentré. Naturellement, respecter le code de la sécurité routière est un must. Rappelons au passage que votre mandat, en tant que cycliste, est aussi de protéger les plus vulnérables (piétons et cyclistes plus lents que soi). Enfin, les marques habituelles de courtoisie font toujours du bien (tant aux receveurs qu’aux donneurs), alors utilisez-les à profusion : signaler vos intentions et, surtout, prenez le temps de remercier un autre usager de la route qui a été courtois envers vous. Le respect attire le respect!

     

     

    Le matériel qui donne un coup de pouce

     Pour terminer, outre l’indispensable casque, on peut aussi adapter certains items de notre matériel pour rendre nos sorties de vélo plus sécuritaires. S’il est impératif de bien voir lorsqu’on roule, il l’est tout autant de s’assurer d’être vu. L’utilisation de lumières assez puissantes, de soir évidemment, mais aussi de jour, peut contribuer à vous rendre visibles par les autres usagers de la route. Si vous roulez souvent de nuit, une lumière de casque peut être un élément fort utile à ajouter à votre équipement, puisqu’elle permet aussi d’éclairer là où vous regardez. Vous pouvez aussi mettre toutes les chances de votre côté pour anticiper le plus possible ce qui s’en vient vers vous en vous munissant d’un miroir (au guidon ou au casque) ou encore d’un dispositif radar, connecté à votre GPS, vous avertissant des véhicules se rapprochant de vous. Autre aspect souvent négligé : portez des vêtements clairs ou un dossard réfléchissant. D’ailleurs, les vêtements Lekkla sont d’excellents choix vestimentaires avec leurs magnifiques motifs tape à l'œil très voyants et leur bande réfléchissante, alors pourquoi s’en priver?

     

    Et vous, quels sont vos trucs pour rendre vos sorties de vélo sécuritaires?

     

    Suivez-moi sur Instagram :geneeeh

     

    Suggestion de film pour vivre quelques émotions fortes en contemplant des paysages à couper le souffle :UnBRAKEable, sur la chaîne RedBull : un documentaire Patrick Seabase, qui a fait le tour de la Suisse (350 km, 9000 m de dénivelé) en une journée… sur un vélo à pignon fixe (fixie).

     

    Laisser un commentaire

    Les commentaires sont approuvés avant leur publication.