** VENTE D'ENTREPÔT RABAIS JUSQU'À 70% SUR TOUT **

0

Votre panier est vide

  • Add description, images, menus and links to your mega menu

  • A column with no settings can be used as a spacer

  • Link to your collections, sales and even external links

  • Add up to five columns

  • juillet 25, 2023 3 lire la lecture

    Juin a été pour moi riche en expériences nouvelles loin de la maison. Au début du mois, mes parents et moi sommes parties à la conquête de trois Coupes du monde de vélo de montagne sur le continent européen.

    Coupe du monde #1 - LENZERHEIDE, SUISSE

    Dans un paysage magnifique de montagnes et de vaches, j’ai pu vivre avec fébrilité ma première course européenne. Le processus menant au jour de la compétition fut intimidant à plusieurs occasions, mais très formateur. Pour donner un exemple, en vélo de montagne de type cross-country, les coureurs ont quelques jours pour se familiariser avec le parcours de compétition. C’est l’occasion de planifier les stratégies de course et de choisir et travailler les trajectoires qui seront les plus rapides. Il s’agit d’un travail très technique qui nécessite de savoir lire le terrain minutieusement et de connaître ses forces et ses limites. Moi qui ai l’habitude d’étudier les parcours de course avec l’aide et les conseils de ma famille de vélo, je me retrouvais soudainement seule devant des obstacles nouveaux que je ne savais plus sous quel angle analyser. C’est avec des grandes respirations et beaucoup de temps à observer les autres cyclistes (incluant mes idoles) s’exercer que j’ai en fait rapidement retrouvé mon aise et mon sourire sur ce premier parcours! En ce qui concerne la course, le calibre de mes compétitrices internationales fut au-delà de ce que j’avais pu imaginer, mais j’ai absolument tout donné grâce à l’énergie de la foule et j’étais très heureuse d’avoir su bien gérer cette première expérience.

    Pendant la coupe du monde de Lenzerheide, Suisse

     

    Coupe du monde #2 - LEOGANG, AUTRICHE

    Nous nous sommes rapidement déplacés en Autriche, où le parcours techniquement relevé à travers les imposants sommets de Leogang m’a donné du fil à retordre. En effet, j’ai eu l’occasion de développer mon endurance mentale, mais aussi mon autonomie en ce qui concerne l’aspect mécanique du vélo de montagne. Sans le soutien d’une équipe technique, je suis responsable d’assurer en tout temps le bon fonctionnement de ma précieuse machine. Après deux chutes assez costaudes dans les descentes abruptes, mon vélo avait besoin de quelques réparations. J’ai appris à manier de nouveaux outils et j’ai heureusement trouvé de l’aide pour des bris plus complexes. J'ai ensuite eu à me battre avec moi-même afin d’affronter à nouveau les passages engagés du parcours malgré le doute et la douleur que je ressentais dans presque tous les muscles de mon corps. Au jour J, j’étais encore raquée et hésitante quant à mon niveau d’habileté technique. Toutefois, ma passion pour mon sport a pris le dessus et je me suis retrouvée sur la ligne de départ excitée de faire mon possible malgré la semaine difficile et la chaleur accablante. J’ai donc fait de mon mieux pour rattraper en montée le temps que je perdais inévitablement en étant plus prudente dans les descentes. C’est avec un grand soulagement que j’ai pu conclure cette semaine avec une occasion rare au Québec : une montée en gondoles jusqu’en haut des nuages suivie d’une descente époustouflante!

    Descente alpine après la Coupe du monde de Leogang, Autriche

     

    Coupe du monde #3 - VAL DI SOL, ITALIE

    Ensuite, un arrêt près des plages de la Croatie m'a permis de reprendre mon souffle et de pédaler dans de nouveaux paysages, et c’est en passant par Venise que nous nous sommes finalement dirigés vers la dernière compétition du voyage. La Coupe du Monde de Val di Sol, dans un petit village italien bucolique, fut l’occasion parfaite de consolider mes apprentissages et de viser une dernière performance à la hauteur de mes attentes. Mes entraînements à travers la Croatie m’avaient motivée et donné confiance quant à ma forme pour attaquer cette course. Certaines sections du parcours me rappelaient les sentiers naturels sur lesquels j’ai l’habitude de rouler aux alentours du Lac-Beauport, donc je m’y suis beaucoup amusée malgré les défis qu’il représentait. À l’approche de cette dernière opportunité, je ressentais beaucoup de pression, mais je me suis surprise dès le coup de sifflet avec un départ agressif qui m’a placé en bonne position pour le premier tour de la course. Ensuite, il s’agissait simplement de pousser ma limite en ignorant les complaintes de mon corps et de rester aussi concentrée que possible dans les descentes. Je ressors de cette course fière de ce que j’ai accompli et de mes apprentissages, mais surtout motivée à continuer ma progression afin de trouver mon rythme dans ces pelotons relevés!

    Thérapie thermale après la coupe du monde de Val di Sol, Italie

     

    Laisser un commentaire

    Les commentaires sont approuvés avant leur publication.