** VENTE D'ENTREPÔT RABAIS JUSQU'À 70% SUR TOUT **

0

Votre panier est vide

  • Add description, images, menus and links to your mega menu

  • A column with no settings can be used as a spacer

  • Link to your collections, sales and even external links

  • Add up to five columns

  • avril 01, 2023 2 lire la lecture

    Certains s’entraînent à jeun dans le but d’optimiser la gestion de leur horaire. D’autre pour tenter de stimuler l’utilisation des lipides par leur corps pendant l’effort physique. Si les raisons de mettre en pratique ce style d’entraînement varient grandement, une question demeure souvent. Y a-t-il des risques à s’entraîner à jeun ?

    D’emblée, les risques pour la santé associés à l’entraînement à jeun sont plutôt faibles. On préconisera toutefois de débuter avec des séances plus courtes, à basse intensité, et d’augmenter progressivement la durée des séances selon la tolérance personnelle.

    Au niveau de la performance comme telle, l’entraînement à jeun risque d’avoir un impact négatif sur les efforts réalisés à plus haute intensité (un entraînement par intervalles par exemple). En effet, puisque le corps n’a pas reçu d’apport énergétique dans les heures précédant l’effort physique, il est plus susceptible d’aller puiser dans ses réserves lipidiques pour fournir de l’énergie aux muscles. Or, les lipides sont un carburant moins performant que les glucides. Ils demandent plus d’oxygène pour être convertis en énergie. Vous risquez donc d’être un peu plus essoufflé et d’avoir un rythme cardiaque augmenté lors d’une séance à jeun comparativement à une séance équivalente faite dans un contexte où un apport en glucides aurait été consommé dans les heures précédant l’effort. Sachant cela, il s’avère préférable de prioriser ses séances à faible intensité lors d’un entraînement à jeun et de prévoir un apport énergétique adéquat avant un entraînement plus intense.

    Pour ceux qui espèrent perdre quelques livres avec l’entraînement à jeun, sachez qu’il s’agit là d’un mythe plutôt tenace. En effet, ce n’est pas parce que votre corps utilise les lipides comme carburant pendant votre effort physique que vous allez nécessairement créer un déficit énergétique au bout de votre journée. Le fait d’inciter votre corps a brûlé des lipides plutôt que des glucides pendant votre entraînement n’aura donc probablement pas beaucoup d’effet sur votre poids au bout du compte.

    Pour les athlètes s’entraînant pour des épreuves d’ultra-endurance (un Ironman par exemple), il peut toutefois s’avérer avantageux de développer une certaine capacité à utiliser les lipides comme carburant durant un effort physique. En effet, dans le cadre de ce type d’événement, il est souvent bien difficile de manger suffisamment pour combler l’entièreté du déficit énergétique induit pendant la pratique sportive. Le fait d’être capable de tirer davantage profit de ses réserves lipidiques pour fournir de l’énergie aux muscles pendant ce type d’épreuve pourrait donc s’avérer un avantage non négligeable en fin de course.

    Finalement, peu importe la raison qui vous amène à vous entraîner à jeun le matin, ne négligez pas votre récupération post entraînement ! Prévoyez un petit-déjeuner complet, incluant des glucides et des protéines. Le fait de rester à jeun après un effort physique serait plus nuisible que bénéfique pour votre organisme.

     

    Laisser un commentaire

    Les commentaires sont approuvés avant leur publication.